Aïta pea pea

© Sylvain Miller

Partir dans une contrée des plus lointaines, longtemps, mais rester en France : la Polynésie Française, territoire grand comme l'Europe, mais peuplé d'environ la moitié de la population de l'aire urbaine d"une ville moyenne française. Découvrir Tahiti et les îles "sous le vent", mais aller encore plus loin, dans les Tuamotu, les Marquises...Impressions fortes, émotions saisissantes : poésie et beauté des âmes, des gens, de la nature, contées dans la littérature française du 19ème, font souvent contraste avec les inquiétudes d'un territoire en plein bouleversement. Très peu de Polynésiens se rendent en métropole, ils ne croisent pas non plus les touristes cloîtrés dans le luxe et le folklore de leurs hôtels. La culture de lieux plus proches, comme Hawaï et Los Angeles, semble souvent devenir un idéal, facilité par l'accès récent à internet.Les travers de la mondialisation n'épargnent que les îles les plus inaccessibles, beaucoup des autres îliens ont déjà succombé aux promesses d'un bonheur consumériste, perdant ainsi leur liberté et leur joie simple de vivre. Utiliseront-ils encore souvent la devise coutumière : "aita pea pea"(pas de problème, laisse aller...) ?

Sylvain Miller © (home/retour)